Marketing des produits culturels

Mieux intégrer le web 2.0 dans vos stratégies

Le mercredi 9 février 2011 au Hyatt Regency Montréal

Le secteur des arts et de la culture souffre d’un déficit d’image. Une étude du Conseil canadien de l’apprentissage sur la consommation culturelle révèle que sur 18 villes canadiennes, Montréal se classe 17e au palmarès des villes canadiennes.

Malgré une offre abondante, le défi des organismes réside dans leur capacité d’attirer et de fidéliser les publics à consommer davantage la culture. Ce constat pousse les entreprises à revoir leurs modèles de communication et à réinventer leurs pratiques.

  • Où en est l’industrie culturelle ?
  • Quelles nouvelles pratiques alternatives ont révolutionné l’industrie ?
  • Comment faire vivre la marque culturelle dans les multiples plateformes en ligne/hors ligne ?
  • Comment mesurer la retombée des initiatives de marketing ?

Ne manquez pas cette journée d’apprentissage et d’inspiration en compagnie des plus grands experts de l’industrie!


S'inscrire à cette Journée Infopresse

8h30

Inscription et déjeuner

9h00

ConférencePrésentation autour d’un sujet précis dont l’objectif est de répondre à une problématique donnée à l’aide d’outils d’analyse et de cas concrets.

Le rôle des communications dans l’avenir des industries culturelles

Manon Gauthier

Chef de la direction, Centre SegalCentre Segal des arts de la scène

Voir biographie

La mondialisation, la libéralisation des échanges, la concentration des activités ont entrainé de profondes mutations au sein de l’industrie culturelle. En parallèle, se développe de nouvelles formes de contenus et de nouveaux produits culturels et communicationnels.

  • Où en est l’industrie culturelle au Québec ?
  • Comment assurer la survie des organismes culturels ?
  • Comment adapter la stratégie de communication-marketing en fonction des auditoires ?
Manon Gauthier, chef de la direction au Centre Segal, récemment nommée parmi les femmes les plus influentes au Canada selon les Affaires, ouvrira cette journée en proposant une analyse sur les défis et nouvelles possibilités qui s’offrent à ce secteur.

 

9h40

Étude de casPrésentation d’un cas d’intérêt survenu dans une industrie ou chez un annonceur. La présentation peut réunir l’annonceur et l’agence ou l’annonceur seul.

Funkytown : une stratégie de mise en marché non traditionnelle

Tim Ringuette

Directeur des communications

Remstar

Voir biographie

Loïc Marcille

Adjoint au marketing

Remstar

Voir biographie

.Arrivé fin janvier sur le grand écran et précédé d'un "buzz" médiatique peu courant, le film Funkytown a atteint la première place du box-office au Québec dès son premier week-end, devançant des superproductions américaines telles « The Rite » et « The Mechanic ».

  • Quel rôle a joué la stratégie élaborée par le distributeur Remstar?
  • En quoi cette campagne diffère des campagnes de promotion traditionnelles?
  • Quels sont les enjeux du web pour l’industrie du film?

Relations publiques, promotion en ligne, médias sociaux, placements de produits et partenariats, lors de cette étude de cas, Tim Ringuette, directeur des communications et Loïc Marcille, adjoint au marketing, dévoileront les principaux éléments ayant contribué à ce succès.

10h10

ConférencePrésentation autour d’un sujet précis dont l’objectif est de répondre à une problématique donnée à l’aide d’outils d’analyse et de cas concrets.

Le TNM sur Twitter : élaborer une stratégie de médias sociaux

André Bélanger

Vice-président, conseil et stratégiePhéromone

Le théâtre classique a longtemps souffert d’une image dépassée voire ringarde auprès de la nouvelle génération. Ayant pris le parti de confronter l’ancien au nouveau, Phéromone, a réussi à positionner le TNM comme emblème de la modernité en mettant Twitter au centre de la stratégie de communication. En quelques semaines, la campagne a attiré un total de 1 045 abonnés et émis plus de 1 000 tweets générant une visibilité sans précédent.
Récemment, la campagne du Bourgeois gentilhomme s’est vue attribuée un prix aux Bees Awards ainsi qu’un prix Média alors qu'elle n'impliquait aucun achat média.

  • Quelles sont les conclusions à tirer de cette campagne ?
  • Quelles sont les possibilités qu’offrent le web pour les organismes qui disposent d’un faible budget média ?
  • Comment maximiser l’impact d’une campagne virale ?
10h45

Pause

11h00

ConférencePrésentation autour d’un sujet précis dont l’objectif est de répondre à une problématique donnée à l’aide d’outils d’analyse et de cas concrets.

Les dangers et opportunités du web pour le secteur des arts

Martin Ouellette

Président et directeur de la création

Commun

Voir biographie

En donnant accès à l'art sur le web, on permet aux internautes de s’approprier les œuvres et de les interpréter. Désormais, les marques culturelles n’ont plus de contrôle sur le discours. La culture doit être classée et diffusée en temps réel avec ses maladresses et ses surprises inévitables.
Les nouveaux fondements de la communication menacent les définitions de curateur, d'agent, de critique voire d'artiste.

  • Quels sont les risques d’une telle exposition ?
  • Quels sont les enjeux de cet échange de pouvoir ?
  • Comment tirer parti de ces transformations ?

Lors de cette conférence, Martin Ouellette exposera les dangers et opportunités de cette nouvelle réalité pour le milieu.

11h35

EntrevueDiscussion ouverte entre un interviewer et un ou deux invités. profondeur dans le sujet et de créer une ambiance intime.

Rencontre avec Guillaume Déziel : Misteur Valaire, un nouveau modèle pour l'industrie de la musique

conf
Voir biographie

Guillaume Déziel

Manager du groupe Misteur Valaire

Misteur Valaire

Les ventes mondiales de disques ont chuté de plus de 50 % depuis les dix dernières années et le numérique est encore loin d’essuyer toutes les pertes. Face à une industrie dynamique, les jeunes artistes de la relève ne cessent de se réinventer plaçant le web au coeur de leurs modèles d’affaires.


Misteur Valaire, un groupe de musique électronique originaire de Sherbrooke, n’est pas en marge. Ayant distribué gratuitement pas moins de 40 000 albums à partir de leur site, ils ont vu leur bassin de fans s’étendre dans plus de 49 pays. Leurs concerts en Europe et au Canada font salle comble sans parler des licences d’exploitation qu’ils accordent aux firmes publicitaires et producteurs de films.


Selon Guillaume Deziel, gérant du groupe, « l’avenir de la musique passera par une dévaluation du contenu au profit d’une glorification de l’image de l’artiste, qui devra se monnayer d’une manière ou d’une autre ». Cette entrevue, mettra en exergue, les défis et enjeux de l’industrie musicale au Québec.


12h20

Dîner

Tarif réduit

Avant le 29 janvier
350$ / personne


Tarif régulier
419$ / personne

 

S'inscrire

Entreprises déjà inscrites

CDEC Centre-Nord
Centre culturel de Joliette
Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe
Centre Segal
Compagnie Marie Chouinard
Corporation du Centre culturel de Drummondville
ETCO/Espace coopératif de travail
Extra Caramel

Factorie l'agence

Groupe Juste pour rire
Inpix Media

La Presse

Maison de la culture de Gatineau
Ministère du Patrimoine canadien
Office national du film du Canada
Patrimoine Canadien
Publicité Sauvage inc.
Réseau Scènes
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
Salle André-Mathieu
Sodect
SPEC du Haut-Richelieu

Tourisme Montréal